Ouessant

Date de mise à jour : 21 juin 2017

Nom de l’île représentée dans le SMA.

M. Rouan, C. Kerbiriou, M. Etienne

Motivation de la création

Le modèle a été créé dans le cadre d’un projet de recherche visant à stimuler la réflexion entre chercheurs et gestionnaires autour de la question de l’enfrichement sur l’île d’Ouessant. Il s’agissait de représenter collectivement les principales activités sur la partie terrestre de l’île et de simuler l’impact de ces activités sur la biodiversité.

Description et spécificité

Le territoire est représenté de façon réaliste à partir du SIG mer d’Iroise développé au laboratoire Géomer de l’Université de Bretagne Occidentale. La grille spatiale est basée sur un pixel de 200 m² et permet de visualiser les différents types de végétation et la population de crave à bec rouge. L’originalité du modèle réside dans sa capacité à rendre compte de deux modes de conduite des troupeaux de moutons et de chèvres au cours de l’année (au piquet de février à septembre, en pâturage libre d’octobre à janvier). Les autres acteurs vivent des activités touristiques ou pratiquent l’étrépage (récolte de mottes de pelouse écorchée pour la préparation d’un ragoût traditionnel). Les règles de conduite vis à vis de la friche du reste des résidents ont été établies en fonction des idéotypes établis à partir d’enquêtes ethnologiques. Le SMA s’appuie également sur un modèle de dynamique de population du crave à bec rouge qui ajuste l’installation des couples et la survie de leurs oisillons à la disponibilité en pelouse écorchée et à la fréquentation touristique à proximité des nids. Le modèle informatique sera utilisé pour comparer des scénarios de développement de l’île axés soit sur le maintien de la tradition soit sur l’augmentation du tourisme. Un effort particulier a été fait afin de visualiser le positionnement des couples de crave à bec rouge et leur zone de nourrissage, ainsi que les déplacements des troupeaux.

Mise en oeuvre

Le modèle conceptuel du SMA a été co-construit par une équipe pluridisciplinaire regroupant des chercheurs des sciences de la nature (botaniste, écologue, ornithologue) et des sciences de la société (géographe, ethnologue, économiste). Il devrait être utilisé pour sensibiliser la population locale et les agents du parc régional au problème de l’enfrichement. Ce modèle est en cours d’adaptation pour servir de support à un jeu de rôles.

Voir aussi

Références :
Etienne M. 2005. Modélisation d’accompagnement et aménagement forestier. In : Approches participatives de la gestion forestière, Chauvin C. (ed), Cemagref, Paris

Date de mise à jour : 21 juin 2017

Cookies de suivi acceptés