AgriForEst: Analyse comparée des moteurs de changement d’un socio-écosystème de forêt tropicale à l'Est Cameroun

Quel avenir pour les territoires et la forêt de Mindourou et d'Ampel ?

Date de création

01/04/2014

Territoire

Mindourou, ville de 5500 hbts, arrondissement de Dja, région Est du Cameroun. Ampel, village de 850 hbts (6 km au Sud de Mindourou).

Description

Cette étude s'inscrit au sein du projet de recherche CoForTips (2013-2015). Son objectif était la création de connaissances sur le fonctionnement et les moteurs de changement d’un système écologique et social (SES) de forêt tropicale par la mise en œuvre d’un processus de modélisation d'accompagnement (ComMod) dans deux localités situées en zone de forêt dense, à l'Est du Cameroun. Le recours à la démarche itérative et inclusive ComMod a permis l’expression et le partage d’une diversité de points de vue sur la question de l’avenir du territoire et de ses ressources. Les processus initiés dans la petite ville de Mindourou et dans le village d'Ampel ont abouti à la co-conception de deux modèles conceptuels représentant les composantes des systèmes complexes étudiés et en particulier celles concernant les préoccupations formulées par les deux arènes d’acteurs mobilisées. Exception faite du recours à la méthode PARDI (Problème-Acteurs-Ressources-Dynamiques-Interactions), les activités à mener n’ont pas été définies a priori et aucun calendrier de travail n’a été élaboré avant l'immersion totale de 5 mois. L’orientation qui a été donnée au processus d’accompagnement et son déroulement relèvent essentiellement des choix de la facilitatrice à qui les coordinateurs du projet ont laissé une très grande autonomie. La construction d’une question de recherche s’est faite chemin faisant, au regard du thème et des objectifs du projet de recherche d’une part, et au fil de l’acquisition de connaissances relatives au contexte d’intervention et à ses dynamiques d’autre part. Dans la recherche d’un outil pour l’observation de tendances et la formulation d’hypothèses, l’un des modèles a été implémenté sous la forme d’un jeu de rôles (AgriForEst, Agriculture et Forêt à l’Est Cameroun), co-construit puis testé au sein d’une arène d’acteurs restreinte. Les résultats de cette étude comparée apportent des éléments pour examiner l’hypothèse de la transition forestière. Dans l’arrondissement de Dja, la cause principale de la fragmentation du couvert forestier est l’extension des zones cultivées sous l’effet d’opportunités croissantes de commercialisation des produits de la terre. À Mindourou, la dégradation de la forêt communautaire est aussi la résultante d’une récente croissance urbaine alimentée par d’importants flux migratoires motivés par la recherche d’emplois. Les temps forts collectifs ont ainsi mis en évidence les tensions persistantes entre certaines élites investies dans la foresterie communautaire, les migrants à la recherche de terre arable et le principal employeur local, la société forestière française R. Pallisco. Alors que les droits d’usage du sol à l’échelle locale sont encore majoritairement régis par la coutume, cette étude témoigne des pressions croissantes existant sur les terres forestières camerounaises dans un contexte national de soutien aux cultures de rente et d’incitation à l’immatriculation foncière. Cette étude souligne aussi les rôles que sont appelé à jouer les communes à qui l’État a transféré des compétences en matière d’aménagement du territoire et de développement agricole. Elle met ainsi en évidence de profonds enjeux de gouvernance territoriale du domaine forestier non-permanent camerounais (DFNP). Elle est enfin l’illustration de certains défis que doit relever la foresterie communautaire au Cameroun et en Afrique centrale de manière générale. 

Commanditaires

Projet de recherche « Congo basin forests : tipping points for biodiversity conservation and resilience of forested social and ecological systems » (CoForTips ), coordonné par l'UPR B&SEF du CIRAD

Equipe

  • E. Fauvelle (IRC-SupAgro)
  • C. Garcia (CIRAD, UPR Bsef)
  • G. Trébuil (CIRAD, UMR-Innovation)
  • I. Michel (IRC-SupAgro, UMR Innovation) 

Financement

Co-financement ERA-Net Biodiversa, ANR (France), BELSPO (Belgique) et FWF (Autriche) 

Cookies de suivi acceptés